La charte du magnétiseur

 

"Avant de guérir quelqu'un, demandez-lui s'il est prêt à abandonner les choses qui le rendent malade."

Hippocrate


Primum, non nocere (d’abord, ne pas nuire)

 

Il ne formule pas de diagnostic.

Il ne fait jamais suspendre un traitement médical en cours sans l’accord du médecin traitant et ne s’oppose pas à une intervention chirurgicale.

 

Il ne suggère jamais à son patient d’interrompre le suivi médical, les examens ou les investigations nécessaires à déterminer ou préciser les causes de sa maladie.

 

S’il le juge nécessaire, il adressera son patient à un médecin mieux à même de traiter son cas.

 

Il est tenu de respecter le secret professionnel et d’observer la plus grande discrétion en toutes circonstances.

 

Il se fait un devoir d’apaiser, de soulager ou d’atténuer, jusqu’à l’extrême limite de ses moyens, la souffrance de ceux qui ont recours à lui.

 

Il ne reçoit pas en consultation et ne traitera pas les mineurs ou les déficients mentaux hors de la présence de leurs parents ou de leur tuteur légal.

 

Dans ses relations avec son patient, il reste sobre, honnête et de bonne foi.

Il évite dans son discours les allégations mensongères, les paroles maladroites ou nocives.

Il ne berce pas le consultant d’illusions trompeuses.

Il s’interdit de faire appel à des superstitions.

 

Dans l’exercice de sa profession, il ne surestime ni ses compétences, ni ses possibilités.

Cette attitude garantit à son patient l’innocuité de son action, celle-ci demeurant strictement complémentaire de l’acte médical.

 

Il doit préserver, discipliner et coordonner ses dons naturels, ses qualités intellectuelles et morales.

 

Il se refuse à assimiler la profession de magnétiseur à une quelconque science occulte - néfaste.

 

Il s’engage à respecter les Statuts, le Code de Déontologie et les Règlements du GNOMA et du SNAMAP.